Translate | Traducir

dimecres, 27 de juliol de 2016

¿Por qué uno de los asesinos del cura de Normandía fue puesto en libertad tras 10 meses de prisión provisional?


LE MONDE.- La juge, qui veut croire à un avenir possible pour ce jeune homme perturbé, motive son ordonnance par le fait qu’il aurait « pris conscience de ses erreurs », qu’il a eu des « idées suicidaires » durant son incarcération, qu’il serait « déterminé à entamer des démarches d’insertion » et que sa famille semble disposée à lui apporter « encadrement » et « accompagnement ».

L’enquête réalisée sur la faisabilité de placement sous bracelet électronique précise que ses parents « avouent qu’ils préfèrent savoir leur fils incarcéré et vivant que libre et en route pour la Syrie. S’ils acceptent de l’accueillir, c’est parce qu’ils pensent sincèrement qu’il sait s’être trompé et qu’il ne tentera plus de partir ».

Le parquet est peu sensible à ces arguments et fait appel de l’ordonnance du juge, qu’il juge « peu convaincante ». Dans son réquisitoire, il estime que les contraintes prévues par le contrôle judiciaire « s’avèrent parfaitement illusoires au vu du contexte du dossier ». « Dans ces conditions, et quoiqu’il fasse état d’une erreur et réclame une seconde chance, il existe un risque très important de renouvellement des faits en cas de remise en liberté », insiste le ministère public.

La chambre de l’instruction ne suit pas l’appel du parquet. Adel Kermiche sort de prison. Il est assigné à résidence chez ses parents et équipé d’un bracelet électronique. Les modalités de son contrôle judiciaire lui interdisent de quitter le département, l’obligent à se soumettre à une prise en charge psychologique et ne l’autorisent à quitter le domicile familial qu’entre 8 h 30 à 12 h 30 en semaine, période durant laquelle il a commis, mardi, son attentat dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray.
Más...


Primer ataque mortal del Estado Islámico a una iglesia católica en Europa


Hasta ahora habían atacado un supermercado, una redacción, un tren, terrazas de bares, una sala de conciertos, un colegio, un estadio, a policías en la calle o en sus casas, un paseo marítimo. El yihadismo, que ha sacudido Francia en los últimos años con una dureza tal que ha dejado el país al borde de la ruptura social, golpeó ayer un objetivo codiciado por Daesh pero, hasta el momento, indemne: una iglesia. Dos hombres armados con un cuchillo degollaron a un sacerdote de 86 años en Normandía e hirieron a otra persona, que se encuentra muy grave.
Más...

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada

Nota: Només un membre d'aquest blog pot publicar entrades.